Quebrada de Huatacondo

26 novembre 2019 –

Nous poursuivons notre périple à travers le désert pour rejoindre la Quebrada de Guatacondo, territoire reculé et méconnu de la communauté indigène quechua de Hutacando.

Nous quittons rapidement les paysages monotones de la panaméricaine pour bifurquer sur une piste en terre desséchée qui nous mène vers un imposant massif montagneux

Sur le trajet, nous sommes accueillis chaleureusement par deux membres de la communauté qui, fiers de nous faire découvrir la richesse de leur culture et de leur patrimoine, nous racontent la bataille qu’ils ont menés contre une entreprise minière qui détruisait leur environnement. Ils nous expliquent le projet de conservation et de protection qu’ils ont développé depuis 2014, suite à leur victoire, et nous invitent à passer la nuit dans leur village en nous indiquant les trésors archéologiques et naturels à observer sur le chemin.

Nous empruntons donc le couloir caillouteux et escarpé qui suit l’ancien sentier des Incas et traversons un superbe canyon, aride et érodé, dont le nom signifie en quechua « le nid sacré du condor ».

Sous un soleil brûlant, nous partons à pied explorer le site de Tamentica, un spectaculaire musée à ciel ouvert…

Au milieu des formations géologiques multicolores se cachent de magnifiques pétroglyphes que nous prenons le temps de chercher comme des trésors et d’admirer longuement. Nous découvrons des motifs d’animaux en tout genre (quadrupèdes non identifiés, amphibiens, félins et beaucoup de condors…), des formes géométriques (spirales, zigzag, lignes ondulantes ou parallèles…) mais aussi pas mal de figures humaines (dont de nombreuses représentations d’hommes portants de lourdes charges sur leur tête). Ces nombreuses gravures rupestres faisaient apparemment partie des rituels de voyage des caravaniers qui empruntaient ce sentier ancestrale. Leurs dessins servaient non seulement à représenter les animaux sacrés mais aussi à capturer leur esprits…

Il règne dans cet environnement atypique une atmosphère particulière. Une impression un peu mystique, qui nous rappelle que nous ne sommes qu’un grain de sable dans l’immensité.

Un peu plus loin, nous rencontrons un phénomène naturel hallucinant qui vient confirmer notre condition de minuscule petit point sur l’échelle du temps.

Nous découvrons les yeux ébahis une incroyable cascade pétrifiée… Le spectacle est bluffant !

Ce n’est qu’en s’approchant de plus près, de ce que nous identifions comme étant une cascade, que nous apercevons les strates de minéraux, qu’un mince filet d’eau a déposé depuis des milliers d’années, créant cette fabuleuse impression d’optique.

Nous arrivons au village en fin de journée et tombons sous le charme de cette petite oasis cultivée en terrasse. Ce minuscule havre de paix, autonome en énergie depuis 2010, compte une cinquante d’habitants qui semblent vivre en symbiose avec la nature. Ici chacun cultive un bout de terre et produit quelques fruits et légumes, dont l’excédent est vendu par la communauté dans la ville la plus proche.

Nous déambulons dans les ruelles tranquilles du village et papotons avec quelques sympathiques autochtones qui nous offrent de délicieuses oranges. Puis nous nous installons sur le petit terrain de camping gratuit, aménagée avec soin, et profitons de la piscine naturelle pour nous rafraichir un peu, avant de s’endormir sous un splendide ciel étoilé…